Décidément, il semblerait que j’ai apporté le mauvais temps avec moi ! Journée pluvieuse et couverte hier, qui nous aura forcées à rester en intérieur autant que possible. Pour autant, pas question de traîner : New-York propose plein d’activités à l’abri !

Notre première destination est Chelsea Market, une ancienne usine Oréo transformée en une sorte de halle. On y trouve de nombreux restaurants et boutiques alimentaires pour tous les goûts, et les odeurs sont terriblement tentantes (qu’est-ce qu’on avait dit à propos de faire attention à son alimentation déjà ?). Le style industriel du lieu est superbe : les briques apparentes, poutres et éléments métalliques donnent une atmosphère particulière au marché et on pourrait y flâner toute la journée (en plus de sauter de comptoir en comptoir pour tout goûter).

 

Une visite dans une épicerie fine, une autre dans un magasin d’artistes, beaucoup de salivation devant des donuts et les narines remplies par les odeurs de viande cuite : nous avons fait le tour et ressortons braver la pluie pour marcher dans le Meatpacking District, où les bâtiments de brique rouge sont encore légion (et où mes yeux pétillent). Nous atteignons le Whitney Museum of American Art et décidons de chercher un endroit où manger. Il faut faire demi-tour et retourner vers lower Manhattan : nous prenons le métro et sommes trempées, et la différence de température est monstrueuse. Je m’explique. À l’extérieur, la température était de 23°, puis sur les quais du métro elle atteint facilement les 26° (c’est étouffant et assez incroyable comme sensation) avant de retomber une fois dans la rame de métro, à cause de la climatisation, à une vingtaine de degrés. En bref, le meilleur moyen d’attraper froid. Ce contraste énorme entre les quais et les rames me surprend à chaque fois (j’ai presque envie de dire “me choque” même, tellement la clim est reine ici), et je croise les doigts pour ne pas tomber malade d’ici mon départ !

À deux pas du 9/11 Memorial, nous tombons par hasard sur Schnippers, un fast-food qui retient notre attention bien que nous n’ayons pas prévu de nous arrêter ici initialement. Grand bien nous en a pris, car les burgers et frites étaient délicieux, et coûtant au total environ 15$. J’ai craqué en prenant une portion recouverte de fromage, et les filles en ont pris à la patate douce accompagnées d’une sauce avec du sirop d’érable : les deux versions étaient super ! Le bacon, comme a son habitude, était trop salé, mais dans l’ensemble nous avons très bien mangé et sommes ressorties le ventre bien plein ! Enfin, presque plein pour moi… je n’avais toujours pas mangé de donut depuis mon arrivée sur le continent, il fallait y remédier ! Direction le Dunkin Donuts le plus proche pour un premier donut à la vanille (aka la saveur de ma vie) recouvert d’un glaçage violet chimique et sucré à souhait. J’essayerai une fabrique artisanale avant de partir, c’est sûr !

Juste à côté se trouve un thrift shop (friperie) de la chaîne Housing Works : je veux y aller car cette association œuvre en faveur des SDF et malades du VIH à travers ses ventes, alors si je peux trouver un vêtement et faire une bonne action d’un même coup, c’est un grand oui ! Malheureusement, le seul pull qui me fait de l’œil est trop petit… Je ne perds pas espoir cependant, peut-être que je trouverai chaussure à mon pied dans une autre de leurs boutiques !

La pluie se calme ensuite, et nous décidons d’aller voir le célèbre Flatiron Building. Et là, c’est le coup de cœur ! Quel bâtiment original et beau, je suis vraiment sous le charme. Difficile de bien le photographier de face car le meilleur angle est pile-poil sur un passage piéton, et les voitures n’hésitent pas à vous klaxonner si vous avez le malheur de vous arrêter (même si votre feu est vert et qu’elles doivent vous laisser la priorité). D’ailleurs, New-York est une vraie fanfare de klaxons, tout le temps, pour tout et rien, un oui ou un non : c’est plutôt amusant, même si ça doit être énervant ou stressant pour les conducteurs.

De l’autre côté de la rue se trouve le magasin Eataly, qui vend toute sorte de produits italiens, un peu comme notre Bon Marché. Fruits, légumes, sauces tomates, fromages, viandes, Nutella, pâtes, biscuits, glaces… un temple de la bonne nourriture ! Les prix sont élevés, mais le lieu très sympa.

Direction l’Empire State Building en remontant la 5th Avenue et en passant par Koreatown ensuite. Nous voilà clairement dans l’une des artères touristiques de New-York ! Les nuages cachent certains hauts de buildings mais heureusement, il ne pleut plus. On continue notre route jusqu’à la St Patrick’s Cathedral, qui est beaucoup moins jolie et impressionnante que Trinity Church à Wall Street.

Le Chrysler Building, à ne pas confondre avec l’Empire State Building (et plus joli à mon avis !)

Sur le retour, petit arrêt au pied du Rockefeller Center où je monterai demain (mais en fait aujourd’hui, avec le décalage… m’voyez ?) pour admirer la vue panoramique sur tout New-York depuis le Top of the Rock. Une patinoire en plein air est accessible, alors qu’il fait chaud et que l’ambiance ne se prête pas du tout au patinage… c’est assez étrange ! D’ailleurs, les prix sont fous : presque 30$ l’admission pour les adultes + 12$ de location de patins. Pas étonnant qu’il n’y ait personne sur la glace. Au contraire, dans le Lego Store situé à l’angle, les enfants et adultes s’amusent avec les briques et nous pouvons voir des modèles en vitrine, dont le dernier bébé : le Millenium Falcon de Star Wars à 800$ !

Reproduction de la place devant le Rockefeller Center (à gauche, coupé)

La nuit commence à tomber, et la pluie revient : à presque 18h, nous préférons rentrer. Nous avons bien profité de la journée malgré le mauvais temps, et j’ai découvert de super endroits, Chelsea Market et le Flatiron Building étant clairement mes préférés (pour le premier, j’ai été prise par les sentiments avec la nourriture…). Vivement demain et le beau temps !

À voir : la galerie complète du séjour

One thought to “New-York jour 2 : I’m singing in the rain”

  1. Il y a quand même beaucoup de nourriture dans tes photos 😉 et il faut bien dire que les hamburgers me font saliver à distance.
    Le FlatIron est vraiment chouette sur ta photo, bravo.

Laisser un commentaire