À la base, un autre article était prévu pour ce soir, mais un magnifique hasard a bouleversé mes plans. Il est l’aboutissement de plusieurs mois de travail discret, une de mes maximes préférées étant “Work hard in silence, let your success make the noise”. Reprenons donc depuis le début…

Quelques semaines seulement après mon arrivée fin août à Chicoutimi, je suis tombée follement et définitivement amoureuse de la région. J’ai eu envie d’y rester aussi longtemps que possible, car je sentais que le seul semestre à l’UQAC me laisserait sur ma faim et me ferait louper plein d’opportunités, tant au niveau des voyages que du dépaysement et de la découverte d’une autre culture. Sans parler que je louperais une partie du fameux hiver canadien !

Étant donné que l’année de césure est découpée en un semestre universitaire + un stage de 6 mois, une petite lumière s’est allumée là-haut : et si je faisais mon stage ici ? Après y avoir réfléchi et m’être renseignée sur les conditions de stage au Québec, je me suis lancée à la quête d’une entreprise, CV sous le bras.

J’ai eu énormément de chance, il faut l’avouer. La première entreprise contactée était Ubisoft, qui ouvrait justement un nouveau studio à Chicoutimi (heureux hasard). Malheureusement, ils n’étaient pas à la recherche de personnes au niveau du marketing. J’ai donc trouvé une autre entreprise, une agence de publicité et de marketing. Après avoir déposé mon CV, la directrice m’a tout de suite recontactée début octobre et après un bref entretien, c’était dans la poche ! Le timing était vraiment parfait entre moi qui cherchait un stage, et eux qui cherchaient un stagiaire. La cerise sur le gâteau : je pouvais commencer début février, ce qui me permettait de rester à Vancouver puis rentrer en France comme prévu initialement. Vraiment, quand je vous parle de chance…

Après cette bonne nouvelle, il a fallu s’attaquer à la partie moins fun : l’administratif. Il faut en effet un permis de travail pour effectuer un stage au Québec, que l’on soit rémunéré ou non (ce qui est -malheureusement- mon cas). Je ne vous apprendrai rien en vous disant que, comme tout le monde, je déteste l’administration. Bien que la démarche pour faire une demande de permis au Canada soit relativement simple, surtout en étant Français, cela m’a quand même pris beaucoup de temps et d’efforts (la faute à une maîtresse de stage un peu trop relax sur les deadlines et les relances…). Je ne m’étendrai pas sur le fonctionnement du processus, si vous voulez plus de détails je vous invite à consulter l’excellent dossier de PVTistes.net, ma bible pendant tous ces mois !

Après avoir déposé mon dernier document le 28 décembre 2017, j’ai reçu ce matin même un mail tant attendu, mais aussi un peu redouté : “Vous avez un nouveau message dans votre compte pour la demande suivante: Wxxxxxxxxx”. Et si un nouveau document était nécessaire ? Et si j’étais refusée ? Et si, et si… ?

Le cœur battant comme jamais, je me suis connectée à mon compte et me suis empressée d’aller dans ma boîte de réception : en face des lignes de suivi de demande, je pouvais lire :

“État de la demande – Une décision finale a été rendue. Veuillez consulter la décision finale ci-dessous”
“Examen de l’admissibilité – Votre admissibilité a été évaluée. Veuillez consulter la décision finale ci-dessous”

et enfin…

Décision finale – Votre demande a été approuvée. Pour obtenir de plus amples renseignements, regardez vos messages ci-dessous”

Je n’arrivais pas à y croire ! Est-ce bien vrai ? Déjà les larmes me montaient aux yeux, et l’apothéose a été atteinte en téléchargeant le fichier PDF et en lisant les premières lignes :

 

Là, ça y est, j’étais au bout du bout et je pleurais à chaudes larmes. Je plaide coupable pour sans doute un excès de fragilité, mais les personnes qui m’ont vue galérer pourront plaider pour ma défense haha.

Alors, ça y est, c’est officiel : je resterai à Chicoutimi jusqu’en août 2018, soit quasiment un an complet au Québec ❤️

Je ne sais pas quoi ajouter sinon que je suis follement heureuse… l’année commence très bien !

À très vite pour l’article originalement prévu à la place de celui-ci !

Laisser un commentaire